img_0515.jpg

 » Mais c’est où ? Que veut-il dire ? Pourquoi il a fait ça ?  » etc … et puis forcément vous vous êtes fait vos propres idées sur la chose. Je vais donc vous donner ma version et vous pourrez par comparaison jouer aux jeux des 7 erreurs.

C’est un extrait de toutes les photos que j’ai prises pour préparer et illustrer l’ordre du macadam et des panneaux associés qui m’indiquent la route et la manière de me conduire.

Ou alors … : « le ruban de macadam qui se déroule dans ce paysage entre falaise et route, arbres et signalisations m’a rappellé à l’ordre : virage sur 7 km en roulant entre les lignes blanches sans dépasser le 70 km/h. Me voilà prévenu, je verrais bien ce que j’en ferais … »

Ou bien … :  » ici la nature humaine rappelle à l’ordre la nature sauvage, elle dépose un ruban de macadam surligné et elle plante des panneaux de signalisation par précaution. Elle en a fait un principe car on ne sait pas ce qu’il peut arriver, ce que les gens peuvent faire. Pendant ce temps, la nature sauvage ravine, pousse, remplie, recouvre, sans cesse. Les deux natures ont un point commun : elles ont une sainte horreur du vide. »

Ou encore … : quand l’Ecossais John Loudon McAdam vers 1820 a inventé une technique de revêtement appelé le macadam basé sur le goudron de charbon remplacé ensuite par le bitume (dérivé du pétrole), il ne pouvait pas se douter de la destinée incroyable de son enrobé pour nos chaussées et l’ordre social. Rien de moins : inimaginable.

Et pourquoi pas tout simplement situer la scène : ce beau lieu se trouve dans la descente du Coll de Montllobar vers Tremp ; c’était le 5 août 2015 à 11H30 (Pyrénées espagnoles).

Mais quelque soit la scène, le macadam ordonne la nature humaine et sauvage bien plus que l’on imagine. Les routes, les ponts, les cours de bitume nous emmènent là où on veut nous faire aller. Et pas ailleurs ou n’importe où … ou en pleine nature. Je suis fasciné par ce matériau toxique et banal, omniprésent qui s’est imposé comme un bras armé et enrobé du pouvoir. Comme un décret, une loi. Mais en toute discrétion. Le macadam et le pouvoir sont donc corrélés. L’algorithme est simple : beaucoup de macadam et de panneaux signifient qu’il y a beaucoup de pouvoirs en place. L’inverse est vrai aussi. Des exemples : le Sahara, la jungle amazonienne, la Sibérie, les hauts pâturages alpins, la pelouse interdite à la marche etc qui usent peu du macadam sont à l’opposé de Paris, de Roissy, d’un parking, etc … qui en abusent. Comme si le macadam associé aux panneaux dirigeaient … … nos pas ! Nos roues.

W.

Résumé :

En Coulisses : récit – essai en images et mots sur l’ordre du macadam. chaque photo raconte une histoire. Plein d’histoires : nouvelles, fictions, contes, récits, essais, faits, etc … si on les mets en mots. Les mots ajoutent et donnent du sens à ces scènes (un repérage, des signalements, l’horreur du vide, l’origine, les lieux). Mais l’image contraint aussi le sens des mots (à évoquer macadam et nature). Le même lieu, différentes histoires et une même idée (l’ordre du macadam) pour vous montrer les rapports vaches et biscornues des mots et des images. Ce langage du futur immédiat ne s’écrit pas de gauche à droite, de haut en bas. Non il cherche encore son sens et sa méthode. Peut être que nous trouverons d’autres clés dans nos prochaines expérimentations ? A suivre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s